fr
Citoyenneté :
Explorer les formations
Découvrir le Québec
Débuter mon projet
Nos Services
Accéder à mon dossier
Contactez-nous
Inscription
Venez nous rencontrer !
EN SAVOIR PLUS

Les expressions québécoises : premiers pas pour devenir québécois-e d’adoption


Caroline Lavoie


Amis prenant un café au café  

Venir vivre au Québec amène son lot de nouvelles choses auxquelles s’adapter : nouvelle nourriture, nouvelle température (bonjour la neige !), nouvelles habitudes de vie, nouveaux voisins… Ainsi, si vous faites partie de ceux aspirant à devenir un-e québécois-e d’adoption, vous serez confronté-e, un jour ou l’autre, aux fameuses expressions québécoises, et ce, plus vite que vous ne le pensez !

Vous vous sentirez probablement sur la planète Mars les premières fois, mais rassurez-vous, même entre Québécois-es, nous ne nous comprenons pas toujours ?. Voici donc un petit glossaire d’expressions québécoises utilisées dans différentes situations de la vie quotidienne telles que parler de la température (sujet favori des québécois-es), être au travail et en classe, être fâché-e et bien plus.

Attention : nous les entendons majoritairement dans un contexte familier (entre amis, en famille, avec des collègues avec qui nous sommes à l’aise …), donc leur usage est proscrit dans les situations formelles.

  Ville de Québec  

La température en québécois

Y fait frette ! : (La phrase la plus populaire 6 mois par année au Québec…) Cela veut tout simplement dire qu’il fait TRÈS froid.

Il pleut à boire debout : Cette expression est utilisée lors d’une averse intense, lorsqu’il pleut abondamment. Cela signifie qu’il pleut tellement qu’on pourrait boire en étant debout, la tête vers le ciel et la bouche ouverte.

Suer comme un porc : Expression utilisée quand il fait très chaud et que nous suons beaucoup, abondamment.

  Gens travaillant ensemble

La vie au travail/à l’école

Avoir la broue dans le toupet : Nous utilisons cette expression lorsque nous avons accumulé beaucoup de travail, de devoirs, de tâches et que les échéances arrivent toutes en même temps. Nous pouvons aussi dire : être dans le jus.

J’tanné-e/Chu (je suis) tanné-e : Expression utilisée en contexte négatif pour dire que nous sommes ennuyés, exaspérés. En d’autres mots, cela veut dire en avoir marre.

Arrête de te pogner le beigne : Expression utilisée pour dire à quelqu’un d’arrêter de ne rien faire.

Être de bonne heure sur le piton : Débuter sa journée très tôt.

J’ai des croûtes à manger : Avoir encore beaucoup d’apprentissages à faire, de l’expérience à gagner.

Lâche pas la patate : Signifie de tenir bon, de garder espoir et d’être courageux.

Chat fâché

Être fâché en québécois

Sacrer son camp : Expression à caractère blasphématoire signifie de partir, de quitter (dans un contexte négatif). Par exemple, j’ai eu une dure journée au travail, je sacre mon camp chez nous.

Calme-toi le pompon : Expression utilisée pour dire à quelqu’un de relaxer, de ne pas s’énerver, parce que cette personne est surexcitée/trop enthousiaste. On peut aussi dire : Calme-toi les nerfs.

Avoir/faire une montée de lait : Expression utilisée lorsque quelqu’un est de mauvaise humeur et s’énerve/s’indigne. Elle fait référence aux sauts d’humeur des mamans causées par les hormones et les douleurs.

  Homme en kayak avec sa conjointe

Le quotidien en québécois

Tire-toi une bûche : Expression utilisée pour dire à quelqu’un de prendre une chaise et s’asseoir pour se joindre à nous et discuter ensemble.

J’trippe ben raide : Ici, le mot ben est un raccourci pour bien (on ne prononce par le n à la fin, on le prononce comme le mot bain). Cela signifie qu’une personne est excitée, très contente d’une situation, d’un événement. Par exemple, j’ai vu la programmation du Festival d’Été de Québec, j’trippe ben raide ! J’ai hâte !

De quessé ? : Nous utilisons cette expression lorsque nous n’avons pas bien compris ou bien entendu ce que quelqu’un nous a dit. C’est l’équivalent de Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ?

Cogner des clous : Somnoler en étant assis ou debout. L’expression fait allusion aux mouvements répétitifs de la tête qui veut tomber lorsque l’on s’endort, qui ressemblent à des mouvements de marteaux.

Ne pas niaiser avec la puck : Vous connaissez notre amour pour le hockey ! On le ressent même dans nos expressions. Ici, cela signifie d’aller droit au but et d’être efficace.

C’est arrangé avec le gars des vues : Cela signifie que, comme au cinéma, l’issue de la situation était prévue et planifiée ou truquée et que le résultat était connu d’avance.

Pas de chicane dans ma cabane : Signifie que l’on ne veut pas de chamaille ou de querelles.

Se sucrer le bec : Manger un dessert ou un aliment sucré.

Chauffer son char : Chauffer signifie de conduire et char signifie une voiture. Cela signifie donc de conduire sa voiture.

 

Voilà donc un bon début pour vous familiariser avec la langue du pays de la poutine. Déjà, en ajoutant à votre vocabulaire les fameux Y fait frette et j’trippe ben raide, votre immersion québécoise partira du bon pied. Comme on dit par ici, vous serez en Cadillac !

 

Prêt-e à débuter votre projet ? Nous sommes là pour vous accompagner !

 

Retour au blogue

Socialisez avec nous !