fr
Citoyenneté :
Explorer les formations
Débuter mon projet
Découvrir le Québec
Nos Services
Accéder à mon dossier
Contactez-nous
Inscription
Venez nous rencontrer !
EN SAVOIR PLUS
bool(false) imisRest.php

La reconversion professionnelle passé le cap de la cinquantaine


Maguy Donote


MAGUY DONOTE, OU LA RECONVERSION PROFESSIONNELLE PASSÉ LE CAP DE LA CINQUANTAINE

Maguy Donote est originaire de la Martinique. Là-bas, dans la commune française de Sainte-Luce, cette mère de famille de 55 ans travaillait comme technicienne de surface à l’entretien des bureaux. En parallèle à son emploi, Maguy a toujours été passionnée de cuisine. C’est à elle que les gens font appel lors des fêtes, des anniversaires, des mariages. Maguy a toujours caressé le rêver d’étudier en cuisine : « Pour diversifier mes recettes, perfectionner mes techniques et me familiariser avec d’autres cultures culinaires, explique-t-elle. Mais je ne trouvais rien d’intéressant en termes de formation en Martinique ni en Europe. »

Son fils, ingénieur, installé au Canada depuis onze ans lui a parlé du réseau de la formation professionnelle québécoise et il lui en a vanté la qualité de l’enseignement. « J’ai fait des économies, et avec l’aide de l’organisme Québec Métiers d’avenir, j’ai posé ma candidature pour aller étudier au Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir, à Rivière-du-Loup. La pandémie a légèrement retardé mon arrivée au Canada, mais aujourd’hui, je suis bien installée et je poursuis ma formation. »

Venant d’une autre culture et d’un autre climat, la différence s’est vite fait ressentir, mais Maguy Donote s’est facilement intégré à sa nouvelle vie québécoise. D’ailleurs, elle était déjà venue à plusieurs reprises en vacances au Québec pour rendre visite à son garçon qui demeure à Rimouski. « À part la conduite sur la neige, en hiver, je ne vois pas de soucis ! » Bien sûr, plusieurs de ses camarades de classe pourraient être ses enfants : « Mais il y a des personnes de toutes les générations en formation professionnelle au Québec et tout le monde est respectueux dans ma classe. »

Comme future cuisinière, Maguy apprend à préparer, assaisonner et cuisiner les aliments ; à estimer les besoins alimentaires et à concevoir des menus ; à effectuer la mise en place avant le service, à contrôler la qualité et la fraîcheur des produits et à gérer les inventaires. « C’est un emploi parfois stressant, mais créatif et gratifiant, commente-t-elle. Heureusement, nos formateurs nous outillent pour le marché du travail, notamment avec le service traiteur pour lequel nous préparons des repas pour de vrais clients. Ils sont à notre écoute et le climat est épanouissant. »

À mi-parcours de sa formation, Maguy Donote est heureuse et confiante pour l’avenir. « À mon centre de formation, nous sommes équipés comme des professionnels. On ne manque de rien ! » Lorsqu’on lui demande si elle a eu du soutien pour organiser sa venue au Canada et son inscription en formation professionnelle, elle mentionne Québec Métiers d’avenir : « Cet organisme a été à mon écoute et je recommanderais leurs services sans hésiter. Assurance-maladie à mon arrivée, aide au logement, numéro à appeler au cas d’urgence, etc. : ils m’ont offert les services dont j’avais besoin. Leur présence professionnelle est rassurante pour moi. »

En définitive, Maguy Donote est fière d’avoir cru en ses rêves : « Partir de la Martinique pour venir étudier en cuisine au Canada constitue pour moi un véritable projet de vie. Je me suis donné la permission de réaliser mes rêves. À un certain moment, dans la vie, il faut penser à soi et aller puiser dans sa réserve de courage et oser. Je ne le regrette pas. » Bravo Maguy et bon succès!

Retour au blogue

Socialisez avec nous !